Madzoo : “L'innovation majeure est que le festival cette année gagne le statut international”

 

Pour une durée d’un week end, des graffeurs venus du monde entier se croisent dans une région du Sénégal. L'idée vient du collectif d’artistes graffeurs sénégalais RBS Crew. La troisième édition se déroule du 26 au 29 décembre à Kaolack. Madzoo, l’un des membres fondateurs du collectif et initiateur du Last Wall Tour, nous en parle. Entretien.

 
 

Troisième édition du Last Wall Tour, c'est quoi le menu pour cette année ?

 

"Pour la troisiéme édition cette année, le menu sera diversifié et un peu différent de l'année derniére qui s'était composée exclusivement de la fresque commune. Nous prévoyons une séance de set-setal sur la place choisie qui est le mur du lycée Valdiodio, une conférence à l'Alliance francaise de Kaolack avec comme théme évidemment le Graff dans son implication citoyenne en général, panafricaine en particulier. Un appel a une prise de conscience en l'urgence de se réapproprier notre héritage historique qui forge en réalité les aspirations véritables à tout développement. Il y 'aura en outre la grande fresque commune qui sera réalisé par près de 35 artistes sur le mur du lycée ou beaucoup d'aspects de notre histoire sciemment occultés seront mis à jour et expliqués à des élèves et au grand public, des sessions de formation pour les nouveaux venus, des séances mix Dj pour un peu crée l'atmosphère Hip Hop et un Cypher pour finir"

 

Quel est le bilan de l'année dernière à Saint Louis ?

 

"L'année dernière fut réellement satisfaisant et significatif dans la mesure ca a été l'édition qui aura relevé le défi de l'organisation, rehausser le niveau mais aussi et surtout ouvert les yeux sur l'impact véritable de notre message que le public respecte particulièrement. Ce fut une édition aussi qui fait qu'on est sollicité sur presque toutes les régions du pays."

 

Il y a t-il un soutien financier considérable venant du monde de la culture ?

 

"Faut d'abord prendre acte que c'est nous la culture, le monde de la culture c'est nous même alors je préférerais dire qu'il vaut mieux s'aider soi même et ne rien attendre de que ce soit.On se finance nous même car on a foi en notre cause."

 

Que peut-on attendre de nouveau cette année par rapport aux éditions précédentes ?

 

" Ce qu'on peut réellement attendre de cette année en outre des faits qui viendront conforter la réalisation traditionnelle de la fresque commune, y aura une participation massive d'artistes, presque la totalité des graffeurs sénégalais, surtout de la jeunesse kaolackoise qui a pris l'événement à son compte. Quant au résultat réel de l'événement, je voudrais vous laisser découvrir par vous même à la réaction populaire.

 

L'innovation majeure est que le festival cette année gagne le statut international puisqu'on aura des représentants de la France et de la Suisse."

 

Follow @RbsCrew

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
Loading...
Loading...